Approche

Combien de lunettes trompettantes
braquées sur les déserts de sel !
Combien de marches prises de sanglots
taillées sur la chape du silence !
L’incorruptible, c’est l’éternel ; l’être-jeté,
par son sensible, est périssable.
Comment recevoir l’infini
dans une présence non éthérée ?
Comment tenir, avec la loi
de gravitation du rêve, sur la corde ?
En étant persuadé, peut-être.
Entre le trop-plein et le vide
un espace de nulle part murmure.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *