D’hélas écholalie

La joie t’a déserté.
Les collines rouges du sang d’enfants de toi non-nés implorent ton horizon.
Mais le temps n’est plus aux gymnopédies.
Au cœur de l’arbre, ah !, tu as cru tes entrailles épaisses –assez pour tendre le cheminement qui se montrait si pâle dans l’aube du sens à toi.
Et puis les fosses malignes s’ouvrirent, les unes après les autres, devant tes pas.
Maintenant, tu vacilles dans le grand sycomore, seul, déjà un peu sec, amer, réduit à piloter tes amourances d’images sur une lande roide, théâtre d’ombres.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *