[La migration du bélouga]

La migration du bélouga
depuis les eaux glacées du fleuve
jusqu’à l’aire de l’imaginal
emprunte des neurotransmetteurs
aguerris ;
la pureté, mon cher, tu connais
son sourire mortifère derrière
sa face blanche

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *