(Maât)

Mais au débouché des clairières
qui voient l’apparence des choses
donnée en leur apparition
comme elles-mêmes, un lieu peut-il
se dire, portant la marque
d’un fondement, dérobé
au monde-regard.
N’ont-elles que leur ipséité, leur être
à décliner en monstration, leur place
à définir, dans l’ordonnance
du vécu. Qu’est-ce qui permettrait de situer
dans leur devenir au présent
un référent, un point d’ancrage,
qui les saisirait orientées.
Peut-être est-ce bien la mesure,
concernant chaque partie du tout
et légitimant son sens,
veillée par celle qui assemble,
détruit, mais par-dessus tout
génère le temps imparti
à ce qui vient en présence,
depuis son désir d’équilibre,
la justice,
là-bas.

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *