Sans joug du même

La démarche est chaloupée. Le temps est sec. Il y a quelques ruines fumantes dans l’horizon, mais il est pris à rebrousse-regard, en y rebondissant. Il a bien fallu laisser les rouges-gorges, compagnons du travail à la terre ; et désinstaller la licorne du chambranle marquant le départ. La houppelande crayeuse et chamarrée du voyage est la seule trace de ce qui fut, de ce qui devait s’oublier. Voici que se lèvent, une à une, à portée de la main où courent des veines qui refusent de dormir, des aurores boréales qui attendrissent les pierres. Continue

Poster un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *